domenica, ottobre 25, 2009

Josephine, je ne t'aime plus de tout.


Je ne t'aime plus du tout; au contraire je te deteste. Tu es une vilaine, bien gauche,bien bete, bien cendrillon. Tu ne m'ecris pas du tout. tu n'aimes pas ton mari; tu sais le plaisirs que tes lettres lui font, et tu ne lui ecris pas six jetees au hasard!
Que faites-vous donc toute la journèe madame? Quelle affaire si importante vou ote les temps d'ecrire a votre bien amant?
Quelle affection étouffe et met de cotè l'amour, le tendre et constant amour que vous lui avez promis?
Quel peut etre ce merveilleux , ce nouvel amant qui absorbe tous vos instants, tyrannise vos journées et vous empeche de vous occuper de votre mari?
Josephine, prenez y garde, une belle nuit les portes enfocèes et me voilà.
En verité, je suis inquiet, ma bonne amie, de ne pas recevoir de tes nouvelles; ecris moi vite quatre pages et de ces aimables choses qui remplissent mon coeur de sentiment e de plaisir.
J'espere qu'avant peu je te serrerai dans mes bras et je te couvrirai d'un million de baisers brulants comme sous l'equateur.
Bonaparte
Posta un commento